Un coin de paradis, de Susan May Warren

Publié le 5 Mars 2013

DSC00973

 

Le résumé :

Mona est sur le point de réaliser son rêve : ouvrir une librairie/salon de thé. Elle a trouvé le lieu idéal à Deep Haven, près d'un lac, dans une vieille maison victorienne. Mais à cinq semaines de l'ouverture pour la saison touristique, il y a encore beaucoup de travaux, et il semble que quelqu'un veuille saboter son rêve... Sur les conseils de sa meilleure amie, Liza (hahaha Mona et Liza...), elle engage un homme à tout faire, Joe, pour l'aider avec le bricolage. Celui-ci semble cacher beaucoup de choses, et Mona se retrouve assez souvent dans l'embarras...

 

Mon avis :

Ça aurait pu être une bonne lecture et une bonne romance. Du moins l'idée d'une jeune femme qui ouvre une librairie/salon de thé dans une maison victorienne m'attirait ! Oui mais voilà, j'ai eu l'impression de lire le scénario d'un téléfilm américain qui passe les après-midi à la télé. Non pas qu'il ne peut il y en avoir des biens, mais là, le livre s'enfonce dans les méandres du "je t'aime moi non plus", "j'ai trop de secrets, notre amour ne peut marcher", "elle ne m'aimera jamais", "qu'est-ce-qu'il m'énerve ! mais je l'aime..." : résultat, l'intrigue amoureuse tourne en rond !

Sans parler du côté "spirituel" du livre... Sur la quatrième de couverture, l'histoire est classée dans "Famille /Foi/Sentiments" : je ne m'étais pas vraiment accrochée à ce "Foi", mais j'aurais dû... Sans exagérer, il est question de Dieu toutes les 5 pages ! Mona et Joe n'arrêtent pas de s'interroger sur lui, sur sa générosité, son amour, sa propension à pardonner ses brebis égarées... Dieu est partout et porte tout le monde : les personnages n'ont quasiment aucun libre arbitre, car ne vous inquiétez pas, Dieu est là pour tout faire à votre place ! Attention, je ne critique en rien la religion, mais la dose à laquelle elle est utilisée dans ce livre m'a profondément énervée ; j'ai très vite sauté les passages où il était question de Dieu. Exemple : "-Seigneur, je suis vraiment désolée de ne pas avoir accepté Ton pardon. Je sais que je T'ai offensé en refusant Ta grâce. Je T'en supplie, pardonne-moi. / -Mon enfant, je t'ai pardonné, il y a de cela fort longtemps. / La présence proche et attentive de Dieu lui fit monter les larmes aux yeux." Les personnages peuvent très bien être croyant, là n'est pas le problème. Ce qui m'a agacé, c'est que je ne m'attendais pas à lire une "publicité" pour la religion ; car c'est à ça que le style d'écriture de l'auteur me fais penser : une publicité...

En bref, j'ai tout de même terminé le livre, comme si je regardais de façon distrète un téléfilm l'après-midi à cause de l'ennuie. La prochaine fois qu'un roman m'attire mais qu'il y a écrit "Foi", je serai sur mes gardes !

Rédigé par Léna

Publié dans #Livres-lectures

Repost 0
Commenter cet article