Saint-Etienne de Toulouse - Journées du Patrimoine - Partie 2/2

Publié le 20 Septembre 2012

Le choeur :

 

P1110845

 

Une 2ème campagne de travaux débuta donc en 1275, par l'évêque de Toulouse, Bertrand de l'Isle Jourdain. Cette consctruction fait suite à une "compétition" entre l'évêque de Narbonne et celui de Toulouse : ce dernier voulait ravir le titre de métropolitaine à Narbonne (siège de l'archevêché), et pour y parvenir, il décide de reconstruire la cathédrale de Toulouse, afin qu'elle soit plus digne.

 

Le style architectural du nouveau chœur est appellé « gothique dit d’imitation », car l’architecte reprend alors certaines formules septentrionales, d’où le style gothique est parti, comme par exemple un système de proportion particulier : à l’origine, le premier niveau, les grandes arcades, devait faire la moitié de l’élévation totale.

-Ce gothique est « dit d’imitation » seulement, car il s’éloigne aussi des formes du nord, notamment par le 2ème niveau, le triforium, qui est aveugle, alors qu’il est ajouré dans les édifices du nord.

 

Cette nouvelle église aurait du faire 40m de hauteur (28m aujourd’hui) et 130m de longueur. La nef "raymondine" aurait du être détruite pour laisser place au nouvel édifice. 

 

Il y a eu des imprévus (mort de Bertrand de l'Isle Jourdain puis démembrement de l'évêché de Toulouse) qui vinrent brusquement interrompre la réalisation du projet, et c'est seulement vers le milieu du XVe siècle que put être reprise et continuée la construction de la cathédrale. A cette date on n'avait pas dépassé le niveau des grandes arcades. L’ensemble était surmonté d’une charpente. C'est cette charpente qui prit feu en 1609 ; on décida donc par la suite de voûter enfin le choeur, mais avec des moyens moindre que pour le projet du XIIIe siècle, d'où la faible hauteur (28m).

 

Stalles dans le choeur :

 

P1110864

P1110874.JPGMiséricorde

 

Les stalles, qui datent du XVIIe siècle, présentent des détails amusants, comme ces acoudoirs... Vous savez peut-être que les stalles, réservées aux clercs, possèdent ce que l'on appelle des "miséricordes", qui sont des sortes de petits reposoirs, servant à poser ses fesses lorsque l'on ai debout (ainsi, lors des longues célébrations, lorsque la liturgie imposait aux chanoines de rester longtemps debout, ils pouvait parraître sur leurs pieds, alors qu'ils avaient leurs fesses sur ces reposoirs, ou miséricordes). Donc, sur les acoudoirs de ces miséricordes, vous pouvez voir des harpies à la poitrine assez opulentes : lorsqu'ils étaient assis, les mains des moines tombaient pile poil sur cette partie de l'anatomie... coquins ces religieux !

 

P1110847Vue sur les stalles

 

P1110855Détail du maître-autel (XVIIe siècle) : du puit de lumière descendait à l'origine un petit angelot, au bout d'un cable de bois, qui venait remettre la palme du martyr à saint Etienne, que l'on voit au centre de la composition. Autour, ce sont ses bourreaux, puisqu'il fut condamné à être lapidé ; il est considéré comme le premier martyr de l'ère chrétienne.

 

Chapelle Saint-Augustin :


 

P1160377.JPG

 

Initiallement, cette chapelle est dédiée à sainte Catherine, qui est présente sur ces vitraux (au centre à droite), qui datent du XIVe siècle et qui sont les plus anciens conservés de la cathédrale.

 

Chapelle royale :

Vous pouvez voir sur la 1ère photo le roi Charles VII, agenouillé, et sur la 2ème, son fils, le futur Louis XI. Ces vitraux datent du XVe siècle et commémorent la venue du roi et du dauphin à Toulouse, en 1442.

 

P1110850

P1110851

 

Je n'ai pas de photo pour ça, mais dans l'une des chapelles se trouvent une dalle, qui est l'entrée de la crypte de la cathédrale, qui n'a pas été ouverte depuis au moins l'incendie de 1609...

 

 

Fin des travaux :

P1050632.JPG

L'édifice est donc achevé au XXe siècle, par cette partie, qui relie le choeur de Bertrands de l'Isle Jourdain, sur la gauche, à la nef de Foulque de Marseille, sur la droite. Le portail date lui de 1938. Le tout est dans un style néo-gothique. On a pu faire ces travaux grâce à une loterie pour récolter des fonds... Le projet était de poursuivre le projet de Bertrand de l'Isle Jourdain, et donc de détruire la nef.... Mais il y a eu la guerre, qui a mis un terme définitif à cette nouvelle campagne...

 

J'espère que ce petit tour de la cathédrale de Toulouse vous aura appris certaines choses

En tout cas, de participer aux Journées du Patrimoine a été une très bonne expérience pour moi :-)

 

Ce billet entre dans le challenge "L'art dans tous ses états", de Shelbylee.

 

logo-L'art dans tous ses états

Rédigé par Léna

Publié dans #Architetcure, peinture, sculpture...

Repost 0
Commenter cet article

José 16/08/2013 02:32

Merci Léna pour cette visite guidée :)

Arieste 01/10/2012 22:58


tu as pris de bien belles photos et on apprends plein de choses grâces à toi, cette cathédrale le mérite amplement. Par contre, sur le vitrail c'est Louis XI et non Louis XII, c'est d'ailleurs
une de ses rares réprésentations fidèles ;)

Léna 19/10/2012 17:35



Oups oui tu as raison, merci pour la correction :-)



Marine 20/09/2012 22:20


Deuxième article tout aussi intéressant que le premier ! J'ai bien aimé les accoudoirs (oui j'aime les trucs un peu cochon, ça m'amuse lol). Non mais c'est vrai, ce sont des petits détails comme
ça qui font tout le charme d'une visite et généralement quand on visite seul, on ne les remarque même pas :) d'où l'avantage d'être guidé !

Syl. 20/09/2012 20:20


Je trouve que les portes rouges dénotent. Sinon, j'aime les églises et les cathédrales. C'est reposant, hors du temps.
Merci pour ce billet.

Léna 20/09/2012 20:50



J'ai toujours connu ces portes rouges, mais c'est vrai qu'elles dénotent assez... Mon professeur m'a dit qu'avant cela, elles étaient peintes en jaune !!! Ca devait être beaucoup plus criard !