Orgueil et Préjugé, de Jane Austen

Publié le 28 Mai 2012

J’ai déjà lu trois livres de Jane Austen, et je ne m’étais pas encore attaquée à celui qui est très certainement le plus connu de l’auteur : Orgueil et Préjugé.

Je me sens personnellement très proche de la période du XIXème siècle de l’époque georgienne (et victorienne). J’ai l’impression qu’elle est beaucoup plus proche de notre XXIème siècle que les années d’après seconde guerre mondiale par exemple… Je ne saurais pas l’expliquer.

 

op

Le résumé :

Bref, venons-en au vif du sujet : le livre ! Mais est-ce vraiment utile d’en faire un résumé ? Oui, bon je vais quand même en faire un ^_^

En ce début de XIXème siècle, en Angleterre, Mrs. Bennet n’a qu’un seul rêve : marier ses cinq filles. Lorsque vient s’installer à Netherfield Mr. Bingley, accompagné de ses deux sœurs, du mari de l’une d’elles, et de son grand ami, Mr. Darcy, la maison des Bennet est en émoi ! La mère de famille utilise toute son énergie pour rapprocher le jeune homme de sa fille aînée, Jane ; et il n’a pas l’air indifférent à la beauté et à la gentillesse de celle-ci ; elle non plus d’ailleurs… C’est donc la consternation générale lorsque les habitants de Netherfield quitte les lieux du jours ou lendemain, sans prévenir.

Parallèlement, Elizabeth (qui est fait le personnage principal de l’histoire), deuxième fille de Mr. Et Mrs. Bennet, est outrée par le comportement de Mr. Darcy, qu’elle trouve orgueilleux au plus au point. Certaines choses qu’elle apprend à son sujet ne font qu’attiser son mépris pour cet homme, qui ne laisse transparaître aucune émotion. Mais vient un jour ou il lui déclare sa flamme et lui demande de l’épouser… A partir de ce moment, Lizzy commence à démêler le vrai du faux de ce qu’elle pensait savoir sur le jeune homme, et ce rend compte qu’il n’est pas si méprisable qu’il en a l’air…

Et les trois autres sœurs ? La plus jeune d’entre elles, Lydia, est une jeune fille superficielle, qui ne pense qu’aux officiers, à leur plaire, aux bals, à la mode. Son manque d’intelligence lui jouera un bien honteux tour… La sœur avec qui elle s’entend le mieux, Kitty, prend exemple sur elle quant à la frivolité. Enfin, Mary, est la grande incomprise de la famille ; elle passe sont temps à jouer du piano, à lire et à tirer des leçons de ce qui arrive aux Bennet.

Les parents enfin, sont deux époux complètement opposés. Mrs. Bennet a des crises de nerfs à répétition, ne sait pas se contrôler en public (au grand dam de ses deux filles aînées…), passe son temps à médire sur les gens… Mr. Bennet est un père posé, passant toutes ses journées enfermé dans sa bibliothèque, levant souvent les yeux au ciel face à la sottise de sa femme (mais au fond, ça l’amuse bien) et à celle des ses trois plus jeunes filles.

 

Mon avis :

J’ai réellement adoré cette lecture !

Les seuls points négatifs viennent de la traduction que j’ai achetée (celle de Béatrice Vierne, pour les Editions du Rocher). J’ai été étonnée de voir Mr. Bingley et Mr. Darcy se tutoyer. Certes ils sont amis, mais je pensais plus convenable qu’ils se vouvoient… J’ai cependant fini par m’habituer à ce fait. Ensuite, la ponctuation m’a parfois déroutée : certaines virgules sont mal placées (« Il était même capable d’écouter sans, broncher Sir Williams Lucas […] »). Enfin, la modernité du texte m’a paru également bizarre de temps à autre, notamment « Les cavaliers se trouvant en minorité, Elizabeth Bennet avait dû se résigner à faire momentanément tapisserie. » J’ai trouvé d’autres exemples dans le texte, mais je ne les ai pas relevés. Je dois dire que j’ai été attirée par la beauté de l’édition du livre et que je n’ai pas écouté les conseils que j’ai pu lire ou qu’on m’a donnés…

 

Mon avis sur l’histoire en elle-même à présent.

Il y des personnages que je n’ai pas supporté ! Mrs. Bennet pour commencer : je serais, comme Jane et Lizzy, littéralement morte de honte si elle été ma mère ! Et aussi fatiguée à longueur de journée : elle passe son temps à crier aux quatre coins de la maison, à se remuer (lorsqu’elle ne passe pas des jours enfermée dans sa chambre), à demander constamment de l’attention. Sa fille Lydia est aussi insupportable ! Une vraie sotte ! Elle n’a aucune compassion pour sa famille. Mr. Collins, le cousin des Bennet, est la troisième personne que je n’apprécie pas dans cette histoire. On a envi de lui mettre des claques ! Non pas qu’il fait exprès d’être stupide, mais c’est justement sa sincérité qui est ridicule.

En revanche, je n’ai pas compris le mépris qu’on les Bennet (Lizzy compris) pour Mary. Au contraire, je l’ai trouvé la plus proche de la « réalité », c’est celle qui m’a paru la plus censée. Et ses sœurs passent pour des pimbêches à côté d’elle, à se soucier à plaire (bon, moins pour Jane et Lizzy tout de même), alors que Mary est très posée (certes, peut-être un peu trop) et finalement, si elle passe son temps à tirer des leçons des évènements et à s’essayer à quelques chants en public, ce n’est que pour demander un peu d’attention à son égard.

 

Venons-en à l’Histoire d’Orgueil et Préjugé, celle d’Elizabeth et de Mr. Darcy (dans ma tête, Mr. Darcy avait les traits de Colin Firth !) : waooh ! Il est canon Darcy ! Sans ses préjugés, Lizzy aurait très certainement fondue devant lui dès leur première danse (enfin, en ce qui me concerne, ça aurait été mon cas ^^). Je suis tombée amoureuse du jeune homme (oui oui oui ! Mais mon copain est au courant, et il le prend très bien ^^).

 

Orgueil et Préjugé n’est pas un simple roman de jeunes filles en fleur qui demande de la passion. C’est bien plus que cela : Jane Austen dépeint à merveille, avec une bonne touche de dérision, la société dans laquelle elle vivait : une société complètement hypocrite. Dans ce livre, les gens (Mrs. Bennet !) peuvent, en une journée, faire des courbettes à un prétendant pour leur fille, dire combien il est charmant ; puis le médire d’un coup, dire à quel point il est méprisable et que ça s’était toujours su ; pour finir par avouer que ce jeune homme est adorable… Mais à côté de cette société, il y a bien sûr l’histoire, celle d’un orgueilleux et d’une jeune fille pleine de préjugés, qui finissent par s’ouvrir mutuellement les yeux… C’est aussi cette psychologie des personnages qui fait d’Orgueil et Préjugés une merveille, en plus de la critique sociale (le mariage, l’éducation des jeunes filles, leur condition à cette époque, etc…).

 

Mais pourquoi ai-je préféré ce livre de Jane Austen a Northanger Abbey ou Mansfield Park (Persuasion mis à part) ? Je ne saurai pas vraiment expliquer pourquoi car au final, l’arrière plan des histoires est la même : une critique sociale et une jeune fille qui tombe amoureuse. Peut-être Orgueil et Préjugé a-t-il ce je ne sais quoi en plus, qui nous fait vibrer, qui nous fait rêver. En cela, il reste indémodable. Je pense aussi que c’est le couple Lizzy/Darcy qui y fait beaucoup : ironiquement, leur caractère respectif les rend finalement très attachant. L’amour qu’à Darcy pour elle fait que son orgueil passe en arrière plan : on veut qu’il parvienne à se faire aimer d’elle ! Et les préjugés de Lizzy, bien qu’au début l’aveuglent, finissent par eux aussi à passer en arrière plan pour révéler une jeune fille qui sent son cœur s’emballer pour la première fois.

 

Pour conclure (j’ai sans doute perdu certains d’entre vous en route ^^), une histoire superbe, bien que je pense que les deux adaptations que j’ai vu y sont pour beaucoup dans mon appréciation (la mini série de la BBC avec Colin Firth, et le film de 2005 - j'en ferai des petites chroniques plus tard) : je n’ai pas pu me détacher des images des films. Honnêtement, je ne sais pas si j’aurais tant aimé ce livre sans les avoir vu, car ce qui me faisait réellement vibrer dans cette histoire, ce sont les expressions, les regards, que peuvent avoir Elizabeth et Darcy lorsqu’ils se voient ; je trouve qu’elles jouent beaucoup plus dans les adaptations que dans le livre. Cependant, les émotions, autant dans le roman que dans les adaptations, sont égales.

 

Première participation au challenge Pride and Prejudice d'Alice, ainsi qu'à son challenge Austenien :-)

 

3914083246  logo-darcy

Rédigé par Léna

Publié dans #Livres-lectures

Repost 0
Commenter cet article

Marine 31/05/2012 16:24


Oui surement, à moins qu'il ait eu une erreur sur le dvd? Mais ça aurait surement était réparé depuis le temps ! 

Marine 31/05/2012 14:32


La seule que j'ai vu c'est celle ci : http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://leslivresdegeorgesandetmoi.files.wordpress.com/2010/09/austen-persuasion-film.png&imgrefurl=http://leslivresdegeorgesandetmoi.wordpress.com/2010/09/13/persuasion-jane-austen-roman-film/&h=510&w=384&sz=241&tbnid=L_vbRA4ZTCK3hM:&tbnh=90&tbnw=68&zoom=1&usg=__gxfhx-KtIS3O7kzLTbBLGDIyurI=&docid=WphPbgVO41Hy6M&hl=fr&sa=X&ei=42PHT-azN9Gt8QOxuayFDg&ved=0CGQQ9QEwAQ&dur=401


(désolé pour le lien de 3km !!) 

Léna 31/05/2012 15:12



Oui c'est celle que j'ai vu aussi ; c'est bien ITV qui l'a produite, mais je ne sais pas pourquoi il mette "BBC" (c'est peut-être une branche de la BBC...).



Marine 30/05/2012 22:18


ça doit être elle qui rend ce personnage fade ! tu connais une meilleure adaptation?

Léna 31/05/2012 10:04



Non.


Je me suis trompée : l'adaptation dont on parle, ce n'est pas la BBC, mais ITV. La BBC en a fait une adaptation en 1995, mais je ne l'ai pas vu.



Marine 30/05/2012 11:59


C'est peut-être parce que je la comparais trop à Elizabeth justement ! Mais j'ai pas accroché à sa personnalité et le film n'a rien arrangé, j'aime pas du tout l'actrice qui l'incarne dans
l'adaptation de la BBC.

Léna 30/05/2012 21:57



Je n'apprécie pas trop non plus l'actrice qu'ils ont choisi pour l'adaptation de la BBC...



Marine 29/05/2012 19:14


J'aime bien le résumé que tu as fait et je suis bien d'accord avec toi sur les personnages que tu ne peux pas supporter ! mais personnellement Lydia m'énerve plus que Mrs Bennet, c'est une vrai
tête à claque cette gamine. La bêtise et l'égoïsme personnifiés! Mrs Bennet m'amuse plutôt qu'autre chose avec ses pauvre nerfs... ^^ Mais c'est vrai qu'une mère comme elle, ça doit pas être
facile tous les jours!


Je pense comme toi, ce qui fait que ce livre se démarque des autres "austiniens" c'est le couple vedette qui un petit quelque chose en plus, plus de piquant peut-être... Et la personnalité de
Lizzie aussi, surtout son humour!


Et final, tu préfères Orgueil et préjugés ou Persuasion? Je dois t'avouer que Persuasion est le Jane Austen que j'ai le moins aimé, je trouve que Anne est fade et l'histoire est triste et
mélancolique alors que celle Orgueil et préjugé est joyeuse! Il faudrait surement que je le relise!

Léna 30/05/2012 10:36



Je ne sais pas trop. Comme tu dis, Persuasion est plus mélancolique qu'Orgueil et Préjugé. Mais je trouve que c'est ça qui fait tout le charme de ce roman :-) Anne, fade ? J'ai
pensé tout le contraire ^_^