Northanger Abbey, de Jane Austen

Publié le 23 Novembre 2011

              Voici le 2ème livre de Jane Austen que je fini (après Persuasion – et une tentative de lecture de Mansfield Park, que j’avais reposé dans ma bibliothèque…). Et bien j’ai un envi mitigé : j’ai trouvé les 200 premières pages fort longues, d’où le temps que m’a pris cette lecture (près de 4 semaines) ; on y trouve l’évolution de notre jeune « héroïne » dans la société de Bath et ces quelques rencontres. Mais lorsque cette dernière apprend qu’elle est invitée à séjourner à Northanger Abbey, j’ai fini le livre en 2 jours.

 

1162045-gf


               Ce roman est en fait une parodie des romans gothiques très prisés au XIXème siècle. La jeune Catherine Morland en est férue et à tendance à imaginer toutes sortes de mystères là où il n’y a en réalité  que de petits secrets familiaux ou de banales explications. Cela l’amène à se trouver dans des situations quelques peu humiliantes.

Je m’attendais à ce que la jeune fille soit inviter à Northanger Abbey plus tôt dans l’histoire et ainsi avoir plus de 150 pages sur ce sujet. Mais la majorité de l’action se déroule à Bath, où la naïveté de Catherine est omniprésente.

               Cependant, tout au long du roman, le traitement ironique des relations entre gens de la bonne société m’a beaucoup plus. Jane Austen les tourne vraiment au ridicule ; elle n’épargne aucun travers. Et c’est un régal pour nous, lecteurs. Dès le début de la relation « amicale » entre Catherine et Isabelle, j’ai aimé à détester cette dernière ; elle profite de la simplicité de caractère de notre héroïne d’une manière qui semble tout à fait naturelle.

 

               Ma prochaine lecture de Jane Austen : Raison et Sentiments (ainsi que Lady Susan que j’ai déjà commencé).

Rédigé par Le blog de Léna

Publié dans #Livres-lectures

Repost 0
Commenter cet article

pascale 06/01/2012 13:14

je ne connais pas du tout cet auteur ! à essayer !!

Le blog de Léna 10/01/2012 22:20



Je te la conseille vivement, ne serait-ce que pour la bonne retranscription de l'ambiance de la société anglaise au XIXème siècle.