Ecriture : Cave Canem 1/2

Publié le 12 Novembre 2012

J'ai retrouvé récemment sur l'ordinateur familial une courte nouvelle fantastique que j'avais écrite pour un concours organisé par l'associatin ARTELA (Association de la Région Toulousaine pour l’Enseignement des Langues Anciennes). Il était (je ne sais pas s'il existe encore aujourd'hui) réservé aux collegiens de l'Académie de Toulouse, qui suivaient des cours de langue ancienne. Pour ma part, j'y ai participé lors de mon année de 3ème, à 14 ans, en 2004-2005 ; je faisais alors du grec ancien. 

Le thème de cette année était, si je me souviens bien, de se glisser dans la peau d'un personnage qui vit une aventure fantastique ; il fallait bien sûr que l'histoire ait un rapport avec le monde Antique, et ne pas dépasser un certain nombre de pages. J'avais remporté la 3e place  (un chèque de 50€ dans une librairie toulousaine).

J'ai eu envie de vous faire partager cette nouvelle ^_^ (merci de respecter les droits d'auteur)

 

cave canem

Sandy Herman : Le jour de Cave Canem

[j'adorais ce prénom à l'époque ; et pourquoi "Herman" : c'est tout simplement le nom de la police avec laquelle j'avais écris le titre de mon histoire ^^]

 

            C’est par une chaude journée d’été que nous arrivâmes enfin à Scafati, petit village proche de Pompéi, ville de tous les mystères. Anna et moi-même étions venues spécialement de France afin d’étudier les effets volcaniques issus d’un des plus célèbres volcans : le Vésuve !

Etant une passionnée de mythologie gréco-romaine, je me suis octroyé dans mon emploi du temps, certes chargé, une halte sur le site de Pompéi. J’ai même convaincu Anna, qui n’aime pas vraiment l’histoire quelle qu’elle soit, de m’y accompagner. Nous nous sommes installées dans la résidence secondaire de ma tante italienne (qui n’était pas là), rebâtie sur des fondations romaines, à environ 3 kms des fouilles, ce qui nous facilitait le transport.

            A peine avions-nous ouvert la porte de la maison qu’Anna entra à toute vitesse, jeta son énorme valise sur le canapé et se précipita vers la porte-fenêtre de la terrasse :

« Sandy ! Sandy ! Viens vite voir comme c’est beau ! »

Je m’approchai d’elle et lui confirmai sa stupéfaction : nous avions une superbe vue sur le Vésuve ! Quelle chance ! Ensuite, elle retourna vers son bagage et commença à le défaire.

De mon côté, je fis le tour de la maison. Elle était composée d’un salon, de quatre chambres avec anti-chambre (dans une, il y avait une magnifique fresque murale, représentant un Ulysse blond au yeux bleus, appuyé sur une belle massue, avec son fidèle chien, bien peigné), d’une cuisine, de deux salles de bain (avec des faïences romaines), d’une petite pièce qui servait autrefois de laraire*, d’un jardin intérieur, d’une salle à manger, d’une salle de réception, de deux w.c. et d’une grande salle avec un trou bouché au plafond, qui était autrefois l’impluvium. Cela ressemblait beaucoup à une demeure romaine, mais avec, bien évidemment, les aménagements de notre XXIème siècle.

            Anna, une fois ses affaires rangées, me rejoignit à l’impluvium et s’étonna :

« - Pourquoi cette baignoire est-elle installée à la vue de tout le monde ? » Je ne fis pas d’abord le rapprochement de sa remarque avec le bassin de l’impluvium, mais une fois tournée vers le bac, je ne pus retenir un rire et lui répondis :

« -Tout simplement parce que ce n’est pas une baignoire.

-Alors c’est quoi ?

-C’est un bassin qui permettait de récolter les eaux de pluie qui s’écoulaient de l’ouverture bouchée que l’on peut apercevoir au plafond. »

Anna jeta un coup d’œil au dessus d’elle et laissa échapper un « Aaaahh ! » admiratif.

 

            Le lendemain je me levai de bonne heure, car nous avions décidé d’aller à Pompéi. Je dus réveiller Anna, qui dormait encore. Une fois notre petit-déjeuner pris et notre toilette faite, nous nous habillâmes, prîmes nos sacs, appareils-photos et casse-croûte. Mon amie se précipita dehors et je refermai derrière elle.

            Trois kilomètres plus loin, enfin je voyais Pompéi, ensevelie sous des mètres de cendres par l’éruption du Vésuve le 24 Août 79 ap. J-C. Ce fait avait causé la mort de milliers de Pompéiens surpris par la violence. Beaucoup étaient partis de cette ville maudite à la hâte, laissant derrière eux biens, familles et amis, préférant sauver leur peau de la colère du volcan. Pompéi la resplendissante, Pompéi la gladiatrice, Pompéi l’éternelle, avait été rayée de la carte de l’Empire romain : ainsi en avaient décidé les dieux.

 

Après avoir acheté nos tickets d’entrée à un homme charmant, aux yeux clairs et aux cheveux blonds, nous passâmes sous l’un des principaux accès du site, la Porte Marine. Quelle émotion je ressentis, en entrant dans l’une des plus magnifiques villes romaines ! Pouvons-nous supposer que telle merveille fut, il y a environ 2000 ans, l’agglomération de personnes comme vous et moi ?

                En continuant le chemin, sur la droite, la basilique ; deux mètres plus loin, sur la gauche, le temple d’Apollon ; tout droit, on arrive sur le forum. C’est ici que se déroulait la majeure partie des affaires religieuses et politiques. Au nord de la place rectangulaire, se tient le temple de Jupiter.

 

Au fur et à mesure que nous avancions, j’essayais de me représenter les monuments tels qu’ils étaient à l’époque de leur splendeur. J’avoue que cela me surprit, car je n’eus aucun mal, mis à part les étages des villas, puisqu’ils n’en restait que les escaliers. De temps en temps, je regardais Anna, et m’étonnais de la voir intéressée par tant de beautés. Une fois encore, mon amie me fit rire quand elle me demanda à quoi servaient ces marches au beau milieu de la route :

« - C’étaient des passages pour les piétons, pour éviter qu’ils ne se salissent les pieds par temps de pluie, lui expliquai-je. Par la même occasion, je pourrais t’informer que les ouvertures au bas des trottoirs sont des tout-à-l’égout. Quand on voit ton expression, on pourrait penser que tu n’en as jamais vu dans Toulouse. »

            Après une heure de marche, nous nous assîmes sur un banc pour une pause « casse-croûte », en face de l’amphithéâtre, très bien conservé. Ensuite, Anna voulut aller visiter une demeure, dont son grand frère, qui était déjà allé à Pompéi, lui avait parlé : La Maison du Poète Tragique. Elle devait son nom à une mosaïque représentant une pièce de théâtre.

Une fois arrivée, ma camarade eut une drôle de réaction. Enfin, je veux plutôt dire qu’elle n’eut aucune réaction : elle resta figée, les yeux rivés au sol, sur une mosaïque représentant un chien, à l’entrée de la dite villa. Je lui demandai plusieurs fois si elle allait bien. Pas de réponse. Je commençai à m’inquiéter. Heureusement, personne ne passa à ce moment-là.

« Anna ! Anna ! lui criai-je. Viens, on s’en va ! » Je lui pris le bras pour la tirer vers la sortie. Pas de riposte. Elle était légère, comme transportée dans un autre monde. Je n’eus aucun mal à l’amener à la fin de la visite.

            En sortant, je remarquai dans ma précipitation la mosaïque, qui portait une inscription latine : « CAVE CANEM » (« Attention au chien »).

 

 

La suite demain

 

Rédigé par Léna

Publié dans #Ecriture

Repost 0
Commenter cet article

Marine 16/11/2012 17:47


Tu avais quel âge quand tu l'as écrite? 13-14 ans? Tu avais déjà un super style, très affiné, tu devais toujours avoir d'excellentes notes en "expression écrite" ! La description de Pompei donne
vraiment envie, je n'imaginais pas qu'ils restaient tant de vestiges, je ne m'y étais jamais vraiment intéressée en fait. ça me donne envie d'y aller! 


En plus, tu nous apprend des choses (enfin à moi du moins !) je ne savais pas du tout ce qu'est un impluvium !


Je passe à la suite !

Léna 16/11/2012 22:03



Yep, 14 ans. Oh non tu sais, j'avais tendance à rester dans la moyenne en expression écrite, autour de 12 ; c'est juste que là, le thème du concours m'avait inspiré :-) Pour la description de
Pompéi, l'année d'avant le concours j'y étais allée, alors j'avais encore bien en tête le parcours ^_^



Alex Kuzbidon 12/11/2012 21:14


ANNA c'est moi ;)

Léna 13/11/2012 08:47



Oui c'est vrai ; le personnage est inspiré de toi ^_^